3 nouveaux adhérents à l’antic!

Publié le mardi 3 avril 2018 - Vie associative

Leurs adhésions ont été validées définitivement lors du Conseil d’Administration de l’antic du 28 mars dernier, nous avons le plaisir de vous présenter nos 3 nouveaux membres!

Ils renforcent les rangs du collège 3 ouvert aux utilisateurs

Amandine Lafferrairie

Passionnée par les innovations techniques, technologiques, sociales et humaines et leurs impacts sur le développement raisonné de notre territoire, elle est associée coopératrice à Atelier Lan Berri, SCOP qui réalise des prestations auprès de l’ensemble des acteurs du champ économique et social, dans les domaines de l’entrepreneuriat, la sécurisation des parcours professionnels, l’accompagnement des démarches collectives et la transformation numérique.

 

 

Amandine, qui êtes vous?
Géographe, cartographe de formation, je suis passionnée par les innovations techniques, technologiques, sociales et humaines. Citoyenne impliquée sur mon territoire, je diffuse et vulgarise les usages numériques, aussi souvent que possible, afin de participer à les démocratiser.
Quel est votre parcours numérique?
Professionnelle du numérique depuis 2010, d’abord dans le domaine des infrastructures (cuivre et fibre optique), puis de l’information géographique et enfin, de l’accompagnement à la transformation numérique des TPE/PME et aux démarches collectives par les outils numériques. Je cherche également à comprendre les différents modèles économiques dits “de l’économie numérique” et leurs impacts sur le développement du territoire.
Pourquoi rejoindre notre association?
J’ai découvert l’Antic à travers ses Rencontres Numériques. Mon adhésion est motivée par l’envie d’intégrer un réseau qui diffuse et interroge les innovations numériques, techniques, économiques et sociales.

Jean-Michel Lambert

Connu pour avoir fondé le MICA (Micro Club Informatique d’Anglet), il a crée et développe un nouveau web magazine local à énergie positive, Le Petit Quotidien Local, il s’est prêté au jeu des 3 questions. Voici son histoire!
Jean-Michel, quel est votre parcours?
Pour y voir plus clair, voici mon CV:
  • Jusqu’en 1983, conseiller technique et pédagogique auprès de la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports à Pau, chargé du secteur jeunesse et du développement des activités scientifiques et techniques
  • août 1983, rédacteur communal à la ville d’Anglet, chargé de la culture et du jumelage,
  • 1985, attaché communal, responsable du Centre Sportif et culturel El Hogar
  • 1988, responsable du Centre Municipal d’information qui deviendra le service Communication (suivi d’une formation en matière audio-visuelle et journalistique)
  • 1994, directeur territorial chargé de l’Administration Générale à la Ville d’Anglet
  • 2014, directeur général adjoint chargé des affaires générales et de la proximité
  • 1er juin 2016, départ en retraite pour des raisons de santé.

Par ailleurs, j’ai fondé le Micro Informatique Club d’Anglet (MICA) en avril 1984 qui compte, aujourd’hui, 350 adhérents. J’ai, également, créé le Club Anglet Photo en août 2012. En février 2017, Le Petit Quotidien Local apparaissait sur les écrans.

 

Qu’est ce que le Petit Quotidien et que proposez vous?

Le Petit Quotidien Local est un web magazine quotidien qui diffuse une information positive concernant la politique, le social, les activités environnementales, scientifiques, culturelles, sportives et les faits divers originaux.

Sa zone géographique d’intervention couvre le sud des Landes ainsi que les 158 communes qui composent la Communauté d’Agglomération Pays Basque. Il y avait, de ma part, la volonté de retrouver le bassin de vie naturel et de faire disparaître cette frontière entre les basques et les gascons.

En ce qui concerne le contenu, j’avais remarqué que les petites collectivités locales et les associations avaient des difficultés pour diffuser leurs informations. Ce nouveau média peut les aider à trouver une nouvelle audience.

L’objectif technique était de proposer un site Internet simple à consulter sur le modèle des dépêches qui arrivent chronologiquement sur un téléscripteur, enrichi de visuels (photos, affiches, croquis, etc).

Une page Facebook lui est, également associée, reprenant systématiquement les visuels et le début des articles. Un lien renvoie sur le site pour continuer la lecture.

La qualité de la rédaction et des illustrations est systématiquement recherchée. Par exemple, peu de sigles sont utilisés et, quand ils le sont, une explication est donnée.

De plus, ce web magazine veut être « utile » aux lecteurs. Des correspondants locaux l’alimentent en informations et en photos.

 

Quel est votre vision du numérique?

  • Le numérique doit être au service de l’homme et pas le contraire.
  • Le numérique doit, aussi, faciliter le lien social.
  • Le numérique doit être accessible à tous.
  • Le numérique ne doit pas constituer un danger pour les libertés individuelles.

Ayant été chargé de « la sécurité des biens et des personnes et de la protection de la population » dans le cadre de mon activité professionnelle passée, je suis persuadé que le numérique peut être très utile lors de catastrophe naturelle ou technologique.

L’évolution de la technologie doit permettre, aujourd’hui, d’intégrer le numérique dans les moyens de secours mis en œuvre. C’est un enjeu important car on sait que le traitement des risques majeurs en amont pourra sauver de nombreuses vies.

Ma philosophie : « Vivre, c’est être utile aux autres » (Sénèque) Loisirs : marche, photo, musique et cinéma.

 

Un nouveau membre pour le collège 4 des entreprises

 

Représentée par David TOUABI, Directeur SPTHD

 

David, qui êtes vous?

Diplômé d’un Master des Arts et Métiers de Nantes en marketing économie et gestion, féru de technologie, j’ai débuté mon parcours dans l’information de gestion puis dans les telecom, marché ouvert à la concurrence depuis désormais 20 ans. J’ai intégré Axione en 2007 en tant que responsable communication et développement local avant de prendre la direction de nos activités sur les Pyrénées-Atlantiques mais également les Hautes-Pyrénées. Je m’investis également en faveur de la transformation numérique des entreprises avec la conviction qu’elle peut représenter plus d’opportunités que de menaces si elle est accompagnée.

Que propose Axione? quels sont vos projets en cours?

Née à Pau en 2003 dans le sillage du projet fibre optique PBC à l’initiative de l’Agglomération, filiale du Groupe Bouygues Energies & Services depuis 2005, Axione et sa déclinaison Paloise SPTHD est un acteur global d’infrastructures télécoms au service des collectivités territoriales, des opérateurs et des équipementiers.

Maitrisant l’ensemble des compétences télécoms sur les territoires, concepteur, réalisateur, opérateur et mainteneur d’infrastructures numériques, Axione intervient auprès :

  • des collectivités territoriales dans le cadre de projets globaux d’aménagement numérique incluant la réalisation, l’exploitation et la commercialisation d’infrastructures multi-technologiques sur le long terme,
  • des opérateurs et des équipementiers télécoms en tant que concepteur / constructeur / intégrateur et mainteneur de réseaux filaires et mobiles.

Axione dispose ainsi d’un modèle à forte valeur ajoutée, sans équivalent sur le marché français, pour accompagner durablement ses clients publics et privés en s’appuyant sur son centre de supervision national basé à Pau (130 collaborateurs en 64).

L’actualité d’Axione est riche sur le Sud-ouest de la France avec l’exploitation de 500 000 prises FTTH sur la Région Nouvelle-Aquitaine (et >2 millions exploitées au niveau national) et le fort développement de nos activités sur les Pyrénées Atlantiques en 2018. Cela passe notamment par un renforcement des équipes locales avec une vingtaine de postes ouverts de techniciens réseaux, ingénieurs réseaux et SI en partenariat avec les écoles de notre territoire.

Pourquoi rejoindre notre association et quelle implication avez-vous sur notre territoire?

Utiliser l’infrastructure télécom comme vecteur de développement des usages numériques est le credo d’Axione depuis sa création. Fédérer l’ensemble des acteurs de la chaine du numérique et une valeur partagée par toutes ses équipes. Enfin, la proximité locale fait partie intégrante de l’ADN d’Axione. Etre proche du territoire permet de répondre mieux aux attentes des élus, des entreprises et de la population. L’ANTIC, au cœur de ces enjeux, apparait ainsi comme un partenaire naturel de l’entreprise.

 

Nous souhaitons la bienvenue à nos 3 nouveaux membres!